Du chœur à l’ouvrage

« Cette création ambitieuse est une réussite à la hauteur de l’engagement des interprètes, à 100%. Ils donnent sur scène leur énergie, leur spontanéité, venues d’un pays lointain aux rivages désormais inatteignables pour les spectateurs : l’enfance. »

Comme je l’entends

« Un spectacle-concert plein d’autodérision, qui joue des préjugés liés à la musique contemporaine. Une longue composition aux timbres inventifs, au trajet limpide. »

Curieux de nature

Concert in situ pour percussions, électronique et objets sonores joués par le public. Création pour le site de Naune-Raze, commune de Chorges (Hautes-Alpes).

Sur tes gardes

création pour clarinette basse, électronique et sirène de la protection civile, dans le cadre du rituel urbain inventé par Lieux Publics centre national de création.

Comme je l’entends – opéra radiophonique

Une pièce radiophonique ludique, pleine d’auto-dérision, musicale par nature – et dans son ambition : un dialogue entre musique contemporaine et paroles d’auditeurs témoignant de son étrangeté…

visuel Duende eléctrico

Duende eléctrico

« Quelque chose entre le rock que l’instrument évoque sans jamais y toucher, et une Sequenza pour guitare électrique que Berio aurait négligé d’écrire. » Zibeline, mensuel culturel

Sphota : sortie du CD Zemlia / La Terre chez Signature

« Zemlia, La Terre en russe, est un projet de cinéma muet en concert, une musique irriguée par l’improvisation, puis soigneusement agencée, recomposée, formalisée. Une partition où l’alliage du violon, de la guitare électrique et des claviers, intriqués à des traitements et effets électroniques qui leur confèrent une singulière profondeur de champ, par la grâce de l’amplification, entre en résonance avec les images. » David Sanson

Ce [si] n’est pas un son

Une création collective de la promotion 2013 du CFMI d’Aix-en-Provence, accompagnée par Benjamin Dupé.

Le Dit des murmures

Une fantaisie musicale pour le jeune public, création unique avec des étudiants musiciens… (2011)

Au bois dormant

« Les larmes coulent dedans. C’est un spectacle sur l’autisme. Ou plutôt sur la douleur qu’il y a à aimer ceux qui ont décroché, ceux qui vivent de l’autre côté de la raison, de la communication, de la verbalisation.
Sans jamais juger des causes, des conditions et des traitements possibles des maladies mentales évoquées, « Au bois dormant » propose des passerelles, des voies d’accès, modestes et réelles. » [Agnès Freschel]

Erich von Stroheim

Un texte de Christophe Pellet, une création musicale pour la mise en scène de Renaud Marie Leblanc.