Post-face au « solfège de l’audible » d’Alain Savouret